Val d'Isère: Paradis blanc & refuge des âmes heureuses - Carnet de voyage | The traveling Lions
  • Carine Goffin Lion

VAL D'ISÈRE AU PRINTEMPS : PARADIS BLANC ET REFUGE DES ÂMES HEUREUSES - DÉCOUVERTE

| Je rêvais d'un paradis blanc dans les Alpes françaises.Dans une des trois stations de ski les plus luxueuses et mythiques de France, j'ai découvert un refuge pour les âmes heureuses. |


"Go to Ski", la trop belle Fiat 500 de Stéphane Cipre, sculpteur


Megève, Courchevel, Val d'Isère ... Les trois stations de ski les plus luxueuses et mythiques de France portent en elles la promesse de vacances aux sports d'hiver exclusives et inoubliables. Comment alors savoir quelle est la meilleure station de ski pour vous?


En comparant leurs âmes.


Aujourd'hui, je vous propose de découvrir Val d'Isère, village de montagne authentique situé dans les Alpes du nord. Car depuis les sommets du Parc national de la Vanoise,  jusqu'à cette balade merveilleuse sur la route du Col de l'Iseran, ses paysages et son coeur m'ont profondément touchée.


Vous pourriez penser que pour cette célèbre destination, me séduire était un jeu gagné d'avance. Loin s'en faut!  Me faire apprécier le ski en avril constitue en effet un obstacle non négligeable : d'ordinaire, la neige au printemps, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé.  Qui plus est, la station de ski est réputée très sportive, alors que  je ne suis pas une reine de la glisse.


Fusse Val d'Isère luxueuse et mythique, me plaire n'était donc pas si évident. Je suis pourtant revenue chez moi,  totalement conquise.


Voici mon histoire, en quelques extraits choisis.






Un rêve de paradis blanc


J'ai toujours rêvé, comme vous peut-être, de découvrir MON paradis blanc, ce bout de terre immaculée et promise qui me correspondrait tellement que je n'aurais plus envie d'explorer le monde de neige et de glace plus avant. J'y établirais mes quartiers d'hiver, l'espace de quelques jours ou plusieurs semaines par an et y coulerais des jours heureux.


Jusqu'à présent, j'ai toujours cherché cet endroit magique en France, en famille, et suis passée d'un coup de coeur à l'autre. Comme les Alpes françaises m'ont à chaque fois surprise, j'ai poursuivi ma quête, encore et toujours, inlassablement.


Ce paradis blanc, je l'imagine en rêve chaque automne, affinant mes critères, peaufinant mon modèle idéal. Mais l'ultime exigence reste celle de l'émotion intense, qu'à mon sens seule une juste combinaison entre une nature généreuse, un cadre élégant, authentique et chaleureux peut produire. 


C'est ainsi que toujours à la recherche de ce pays merveilleux, j'ai répondu positivement à l'invitation de l'Office du tourisme de Val d'Isère et des propriétaires de l'hôtel 5 étoiles Avenue Lodge : en avril dernier, j'ai mis le cap vers les Alpes, pour découvrir la célèbre station de sports d'hiver en compagnie de représentants de la presse haut de gamme.





Un dimanche d'avril, dans le train vers Bourg-Saint-Maurice.


Le train et moi, nous n'avons jamais fait bon ménage. A tort, sans doute. Car de toute évidence, c'est bien pratique, rapide et reposant quand on voyage en solo ou du moins, pas avec ses compagnons de voyage habituels.


En outre, l'expérience s'avère instructive et amusante. En effet, un wagon représente un monde à part, où chaque voyageur vit son trajet selon ses propres codes. Échanger quelques mots avec le passager voisin, observer les visages, comparer les attitudes de tous ces inconnus et imaginer leur vie devient rapidement une occupation particulièrement savoureuse que seuls permettent les transports en commun.


Libérée des contraintes de la conduite en voiture ou plutôt de celles de co-pilote, je commence donc à voir plus d'un avantage à ce moyen de transport, qui plus est moins polluant.


À travers la vitre, les paysages défilent et les montagnes se rapprochent. Les eaux claires du Lac du Bourget et les sommets enneigés des Alpes m'annoncent que j'arrive bientôt à Bourg-Saint-Maurice.


Le lac du Bourget, immortalisé au retour

Val d'Isère, station de ski mythique des Alpes du nord (Savoie)


- Premières impressions -


Dans le taxi qui me mène à la station de ski, je croise des villages connus: Villaroger, Sainte-Foy, ... À ma grande surprise lorsque nous atteignons l'entrée de Val d'Isère, le trajet ne m'a pas paru plus long que pour rejoindre La Rosière, il y a quelques années.


À l'entrée de la commune, le Hameau de la Daille ne me laisse pas une impression impérissable. Les bâtiments, qui reflètent le style des années 60' et 70', plairont aux amateurs de cette tendance architecturale. Pas à moi. Je me réjouis donc de découvrir le centre.


Un peu plus loin à droite, je découvre le Val d'Isère Ice driving, où BMW propose un circuit automobile sur glace. Malheureusement, à cette époque de l'année, il est déjà fermé. Bon, partie remise, ce sera pour une autre fois!


Au centre de Val d'Isère

Enfin, voici le coeur du village de montagne. Je reconnais les jolis immeubles bas, leurs murs de pierre et de bois foncé, leurs toits de lauze, que j'ai aperçus sur internet et qui sont typiques de la région.


Notre taxi se gare au bord de l'Avenue olympique, devant l'Avenue Lodge, un superbe hôtel-chalet arborant 5 étoiles et une enseigne noire et rouge vif. Dès l'entrée, le ton est donné : l'accueil est chaleureux et personnalisé; à l'intérieur, les murs chocolat font écho à la façade de bois sombre.



L'Avenue Lodge, hôtel & spa 5 étoiles à Val d'Isère, merveilleusement situé au centre du village

Michel m'aurait peut-être dit qu'ils sont café, savourant avec délice ma stupéfaction face à sa remarque nuancée - D'habitude, il m'aurait parlé de brun foncé -. Mais qu'importe la référence gourmande ou l'analogie avec l'or noir, cette couleur confère une impression immédiate de luxe, de confort, de bien-être et de sécurité; en d'autres mots, de cocon exclusif et protecteur.



Vue partielle sur le lobby de l'Avenue Lodge

Le lobby et le bar rouge passion présentent un design à la fois très contemporain et particulièrement accueillant, mêlant judicieusement meubles sur mesure, fauteuils de designers, peaux de moutons et coussins moelleux.


Mon séjour s'annonce prometteur.

Envie d'en savoir plus sur ce magnifique hôtel? Cliquez sur l'image




















Domaine skiable sublime et permission de vibrer pour tous


- L'Espace Killy au printemps, les skieurs chevronnés et ceux du dimanche -


Je ne suis pas née avec une paire de skis aux pieds et n'ai pas eu la chance, lorsque j'étais plus jeune, de dévaler chaque année les pentes des Alpes françaises. Mon premier cours, je l'ai suivi à Méribel, il y a tout juste 13 ans, à un âge déjà bien avancé.


Front de neige, un jour d'avril bien ensoleillé


Par conséquent, le "J'y vais mais j'ai peur " que Josiane Balasko prononce dans ce qui reste une des scènes cultes du film Les Bronzés font du ski, je connais; je connais même très bien.


Alors, lorsqu'après deux ans sans skier, sans avoir repris de cours particulier comme je le fais d'habitude, je suis en haut des pistes avec un groupe de journalistes bons skieurs, inutile de dire que je stresse un peu.





Mais au-delà de la peur - de la chute, de la catastrophe et du ridicule - , je sais l'effet que procure une descente. Je ressens déjà cette montée d'adrénaline qu'offrent les sommets, cette sensation de liberté absolue qui donne un délicieux vertige et m'a conduite jusqu'ici. Je n'échangerais ma place pour rien au monde.


Sous le regard bienveillant de notre guide de l'agence Oxygène, je m'élance sur la piste bleue. Les mouvements sont maladroits mais le bonheur est là. Brut, simple, infini. 


Une solution pour se reposer un peu entre deux pistes ...

En découvrant les pistes et les remontées, je ne peux que constater à quel point Val d'Isère mérite sa renommée internationale. Le domaine, qui avec celui de Tignes forme l'Espace Killy, est vaste, sublime, et offre des infrastructures ultra-modernes. Il permet en  outre à tous les niveaux, du skieur débutant jusqu'au champion, de vivre de vraies aventures sportives.


Franchement mieux qu'un téléski, pas vrai?


Pas besoin dès lors, de pouvoir dévaler la Face de Bellevarde pour vivre Val d'Isère. Ici, c'est à chacun sa montagne, son rythme et sa permission de vibrer! J'adore.


Vue sur le Col de l'Iseran enneigé


Lorsque Michel me rejoint deux jours plus tard, c'est toujours sous le soleil que nous savourons tous les deux, une neige douce et encore très abondante.


Nous sommes partis au bon moment : la neige accroche; les températures clémentes l'ont adoucie. Skier en milieu de matinée et au moment du lunch nous permet d'éviter l'effet patinoire que les pistes présentent parfois de grand matin, ainsi que la "soupe" de l'après-midi - Michel, lui, s'en moque mais moi, mon dieu, je déteste le verglas; et la neige trop molle, ce n'est pas pour moi non plus -.



Même les pistes vertes permettent de profiter de vues incroyables!

Sur certaines pistes, nous skions seuls ou presque. La grande foule a déserté la station de sports d'hiver. L'atmosphère est détendue.  Tant aux remontées mécaniques que sur les pentes, tout le monde semble courtois, heureux de déconnecter.


Pour nous, Val d'Isère au printemps, c'est une très belle découverte, un véritable régal!



Val d'Isère, plaisirs d'hiver et paysages époustouflants


- Expérience en raquettes et moments rares dans le Parc national de la Vanoise -



Si Val d'Isère est encore, à l'heure actuelle, un haut lieu du ski alpin, la station de sports d'hiver propose une large gamme d'activités sportives en dehors du ski. Me voici donc, derrière le hameau du Fornet, ajustant mes raquettes, préparant mes bâtons.


Dans les bois, derrière le hameau du Fornet

Aujourd'hui, le ciel est gris et il fait un peu plus frais. Mais, emmitouflée dans ma doudoune, j'ai franchement chaud. L'activité est physique, bien plus que dans mon souvenir. La technique n'est pas compliquée mais il faut veiller à respecter les consignes et à adapter sa posture en fonction du relief. Je dois bien avouer que parfois, les bâtons me sont d'un grand secours.




Tout en me concentrant sur mes pas, je scrute les alentours, espérant apercevoir un animal un peu plus curieux ou un peu moins farouche que les autres. Ce n'est pas mon jour de chance mais tout vient à point à qui sait attendre, pas vrai?


Le très joli hameau du Fornet, avec les montagnes enneigées en toile de fond

Quelques jours plus tard, Michel et moi avons décidé de marcher vers le pont Charles, sur la route du col de l'Iseran, au-delà du hameau du Fornet. Cette route mène d'ordinaire à Bonneval-sur-Arc, un des plus beaux villages de France, mais à cette époque de l'année, elle est fermée, pour le plus grand bonheur des quelques rares promeneurs qui s'y aventurent.





Nos pas crissent dans la neige épaisse; en contrebas, les eaux cristallines de l'Isère murmurent leurs notes joyeuses. De chaque côté de la route, des milliers de crocus forment de superbes tapis bleus et blancs. Pour peu, j'entonnerais la mélodie du bonheur.



Tapis de crocus en bord de route, vers le Col de l'Iseran

The hills are alive with the sound of music With songs they have sung for a thousand years The hills fill my heart with the sound of music My heart wants to sing every song it hears

Source : LyricFind , Paroliers : Oscar II Hammerstein / Richard Rodgers Paroles de Prelude / The Sound of Music © Concord Music Publishing LLC


Traduction:

Les collines sont vivantes au son de la musique

Avec des chansons qu'elle chantent depuis mille ans

Les collines remplissent mon cœur du son de la musique

Mon coeur veut chanter chaque chanson qu'il entend






Nous nous enfonçons plus avant entre les montagnes du Parc national de la Vanoise. Le vent pique un peu. Le paysage est à couper le souffle et nous nous sentons infiniment petits dans cet espace aux airs de bout du monde.



Un air de bout du monde


Soudain, dans le ciel, deux ombres, deux oiseaux à l'envergure immense. Leur silhouette est massive, leurs ailes sombres; leur corps, au contraire, nous semble un rien plus clair. Ils longent les flancs du massif puis planent au-dessus de nous; ils nous paraissent tellement proches que c'en est absolument magique, presque surréaliste.


Mon enthousiasme est à son comble; je sens que ce moment nous est offert comme un privilège. En effet, apercevoir deux gypaètes volant de manière synchrone est rare et fascinant.


Mon réflexe est d'ouvrir mon appareil-photo et d'activer le zoom. Mes doigts sont gelés, mes gestes fébriles, désordonnés. Je vise. Raté. Je vise à nouveau. (Les oiseaux ont le temps de partir dix fois.) La photo est floue.


Où sont-ils maintenant? Ah, ils reviennent. On dirait qu'ils dansent. C'est magnifique. Je les observe à l'oeil nu puis tente de capturer l'image une fois de plus. En vain. Michel n'a guère plus de chance que moi.


Pendant un instant, je me sens un peu frustrée - elle aurait bien donné, dans un article, la photo des vautours en plein vol - mais cette émotion ne dure pas. Car la joie et l'émerveillement que j'ai ressentis auparavant ont de loin plus de valeur. Le réel l'emporte sur le virtuel, comme toujours. Et c'est heureux.



(Bon, j'ai fini par réussir à en capturer un. L'honneur est sauf! )




Au moment où je porte un dernier regard sur cet article, je ne peux que penser à ce qu'a dit récemment Sylvain Tesson, sur France Inter à propos de son dernier roman , La panthère des neiges : notre expérience avec les gypaètes, là, sur la route enneigée du Col de l'Iseran, c'est un peu comme son expérience à lui avec la panthère, c'est une réalité qui ne veut surtout pas être augmentée et qu'il faut absolument préserver.



Paysage printanier sur la route du Col de l'Iseran



Le Festival international du film Aventure et Découverte


- Événement vécu à Val d'Isère -


Val d'Isère veille à nourrir le corps de ses invités, avec du sport et des adresses bistro- ou gastronomiques merveilleuses, mais elle s'assure d'en alimenter aussi l'esprit. Et pas n'importe comment!


Michel et moi avons eu la chance d'assister au remarquable  et très inspirant Festival international du film Aventure et Découverte, présenté depuis 2005, par le célèbre et non moins inspirant écrivain voyageur Sylvain Tesson.



Hélène Gateau, Vincent Munier et Sylvain Tesson, après la diffusion de "Ours simplement sauvage"


Au delà de l'invitation au voyage, ce festival offre à la fois une cure de jouvence et une véritable claque. Ainsi, à travers les films et les interventions d'aventuriers voyageurs plus passionnants les uns que les autres, tels Ours, simplement sauvage de Vincent Munier ou Les voies de la liberté de Mélusine Mallender, ce festival bouscule les certitudes et bouleverse.



Mélusine Mallender et Sylvain Tesson, après la diffusion de "Les voies de la liberté"



Il nous place en effet face à nos rêves d'enfants, à nos aventures rêvées teintées d'anticonformisme, à notre soif de saluer le monde et à la nécessité absolue de le préserver plutôt que tenter de le maîtriser. Ce festival est à mon sens, une véritable bouffée d'oxygène pour nos esprits modernes ankylosés.




Val d'Isère, destination authentique


- Opération à coeur ouvert -


S'émerveiller devant la beauté immaculée du Parc de la Vanoise, savourer la joie de glisser sur le flanc des montagnes et respirer un air pur, gorgé de liberté, écouter le silence et jouir de son absolue sérénité, c'est du pur bonheur. Vivre une rencontre magique ou une expérience culturelle enrichissante, c'est un plaisir inouï.


Mais pour qu'une destination m'impressionne réellement dans son intégralité, elle se doit d'être authentique. Pour savoir si elle l'est, il faut que je sonde son coeur...


Ce qui me touche en premier lieu, avec Val d'Isère, c'est qu'avant d'être une station de ski mondialement reconnue, c'est un village de montagne typique, avec ses ruelles de charme, son église baroque, son passé, ses vieilles pierres et ses habitants - Un peu plus de 1500 Avalins résident officiellement dans la commune.





Avec le temps, le village est devenu une station de ski exclusive et mythique;  il a cependant su préserver ses caractéristiques fondamentales, notamment dans le cadre de son développement immobilier. Un parfait exemple en est le hameau du Fornet, où chalets de luxe modernes cohabitent en parfaite harmonie avec des chalets anciens et une télécabine vintage au charme fou.





Ensuite, Val d'Isère cultive une élégance et un raffinement qui semblent exempts de superficialité: le luxe ne s'expose pas comme un trophée que l'on exhibe à la face du monde; le luxe se vit simplement, avec discrétion. Je dois avouer que cela repose !


Val d'Isère n'a pas non plus peur d'offrir une image décalée, humoristique, extravagante, totalement rafraîchissante.





En témoigne le cultissime Les Bronzés font du ski, film entièrement tourné dans la station de ski il y a quarante ans et dont le village arbore encore joyeusement le souvenir, devant la maison de son moniteur star, Fernand Bonnevie . Mais cet esprit se rencontre aussi à La Folie douce, l'incomparable restaurant-club-cabaret d'altitude, le rendez-vous des fêtards toutes générations confondues, dont le concept est né à Val d'Isère.


Alors est-ce que cet univers est authentique? Il en présente en tous cas selon moi tous les signes.



Val d'Isère, refuge exclusif pour âmes heureuses


- Conclusions -


Vous l'aurez compris, en combinant une nature généreuse, un cadre élégant et authentique, ainsi qu'une atmosphère chaleureuse, joyeuse et inspirante, Val d'Isère a rempli mon exigence ultime.


Véritable refuge pour âmes heureuses, la station de ski mythique est en réalité un petit paradis blanc et exclusif dans les Alpes du nord. À consommer sans modération, surtout au printemps! 



Remerciements


Ce voyage a été réalisé avec l'Office de tourisme de Val d'Isère et l'hôtel & spa 5 étoiles Avenue Lodge. Michel et moi en remercions chaleureusement les responsables et leurs équipes.


Conformément à la ligne éditoriale de The traveling Lions, tous les propos tenus dans cet article reflètent notre propre expérience et les opinions exprimées relèvent de notre totale liberté d'expression.







C'EST A VOUS !


Voici mon opinion sur Val d'Isère.


Mais vous, qu'en pensez-vous? Y avez-vous déjà séjourné ?

Qu'avez-vous aimé le plus?


Si vous n'y êtes encore jamais allé.e, qu'est-ce qui vous inspire le plus?


Dites-le moi maintenant, en complétant le formulaire ci-dessous.



LAISSEZ-NOUS UN COMMENTAIRE

(Votre adresse mail reste confidentielle et ne sera jamais publiée ni communiquée à qui que ce  soit.)

arrow&v

VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER

RECEVOIR NOS ACTUS